Home

Le Printemps de Septembre 2016

136 artistes, 26 lieux, un mois d’art contemporain à Toulouse : le Printemps de Septembre investit la ville rose du 23 septembre au 23 octobre.

Printemps de Septembre : retour et renouveau ! Devenu biennal, le Printemps de Septembre reprend son nom et sa saison et renoue avec son état d’esprit initial tout en se renouvelant, à l’image du thème de cette 26e édition : « Dans la pluralité des mondes ».
Sous la direction de Christian Bernard (fondateur du Mamco de Genève, commissaire d’exposition du Pavillon France lors de la biennale de Venise en 2009, déjà directeur artistique du Printemps en 2008 et 2009), la proposition 2016 est multiple (26 lieux, 136 artistes) et porte des noms évocateurs et un brin mystérieux – « Le lieu donne le La », « Opéra en archipel », « Jeux de musées »… Jeux de mots, dialogue entre les époques, collections tout en contrastes, œuvres qui s’entrechoquent : le Printemps de Septembre 2016 est anticonformiste et se joue du temps, des architectures et des repères.
Cheminement entre expositions et temps forts.img_3536

Le lieu donne le La

Installée dans d’emblématiques bâtiments de Toulouse – les Jacobins, le Château d’Eau, l’Hôtel Dieu, le Bazacle – cette partie du festival porte bien son nom : les artistes se sont inspiré / emparé de l’esprit des lieux (atypiques)…

Au Bazacle, usine hydro-électrique juchée sur la Garonne aujourd’hui encore en activité, la jeune artiste suisse Claudia Comte propose des alignements d’objets industriels immaculés en écho à l’œuvre de l’architecte Philip Johnson présentée au MoMa en 1934. Sculpture, peinture, scénographie se mêlent dans d’étranges figures sous le nom de « The Curves, the corners and the machines », hommage discret à l’industrie high-tech toulousaine, partenaire de l’exposition. Pour le week-end d’inauguration, Claudia Comte créait une performance inédite sur la Garonne, rencontre du Oui et du Non, avant embrasement final…

A l’Hôtel-Dieu, ancien hôpital, Eva Kot’Atkova, jeune artiste tchèque, renouait elle aussi avec l’histoire des lieux avec une installation autour du corps et d’étranges opérations. Le point de départ de son œuvre prend source dans la img_3537découverte au Musée des Instruments de Médecine abrité dans le même ancien hospice, d’une peinture d’enfant : Anne, 9 ans, avait assisté en 1959 à la première opération à cœur ouvert réalisé par son père…L’exposition se nomme « The Blood is less impressive on green », entre cabinet de curiosités et étrange ballet de marionnettes…

Juste en face, au Château d’Eau, un autre Tchèque, Dominik Lang, redonne un mois durant sa vocation initiale à l’emblématique tour de briques devenue lieu d’expositions dédié à la photographie. Il y a installé un invraisemblable et tortueux réseau de tuyaux, fontaines et seaux, formant un réseau imprévisible alimentant la cité en eau. Ou pas. « Factory for the moulding water », une installation sans doute un peu kafkaïenne…

Le sublime couvent des Jacobins, au magnifique palmier, accueille une œuvre de Hans Op de Beeck. Le réfectoire, métamorphosé, devient un « Jardin des Murmures », paysage monochrome, désert ironique, havre de paix ? C’est sublime et poétique.

Opéra en archipel

img_3556Le Théâtre Garonne, l’Espace Ecureuil-Fondation d’Entreprise, l’Ecole des Beaux-Arts (ISDAT), le BBB et Lieu-Commun, deux autres espaces d’exposition dédiés à l’art contemporain, questionnent la place des arts, musique et film notamment, dans la société contemporaine. Stan Douglas recrée un studio de la Columbia, l’islandais Ragnar Kjartansson propose une vidéo-performance sur une mélodie monotone et consensuelle, David Shrigley affirme « There is a problem in Toulouse » et offre un studio d’enregistrement collaboratif aux musiciens amateurs, Samir Ramdani imagine un Love Story né au Mirail et reprenant les codes des films de zombis, le projet Bleu Bleu mélange trois générations d’arts et d’artistes. Archipel à visiter.

Jeux de musées

img_3492Préparé ou égaré ? Pour le Printemps de Septembre, trois musées – Paul Dupuy, Augustins, Abattoirs – bouleversent leurs collections et leurs codes, en sortant notamment les œuvres méconnues des archives, comme aux Abattoirs où Aurélien Froment et Raphael Zarka exposent et mélangent une centaine d’œuvres. Au Musée Paul Dupuy, Charles Esche est allé piocher dans les collections d’ici et d’ailleurs (Centre Pompidou Paris, Musée départemental de la Résistance, FRAC Midi-Pyrénées, Service Psychiatrie des img_3508Hôpitaux de Toulouse…) pour retrouver les œuvres « égarées » et les montre dans d’originales propositions et associations. Aux Augustins, c’est la collection de la Fondation Cartier pour l’Art contemporain (partenaire historique du festival) qui s’insinue dans les collections du musée pour un étrange dialogue entre les époques dont le musée est désormais coutumier. Des photos de ciels étoilés se glissent dans le Salon Rouge, des sculptures contemporaines s’interposent entre deux gisants dans les salles gothiques… Voilà donc un Musée « préparé » et apprêté pour le Printemps…

Causes communes et autres événements

Dans d’autres lieux, d’autres artistes revisitent quelques causes communes géo-politico-sociétales, comme au Pavillon Blanc (dessiné par l’architecte Rudy Ricciotti). Un peu partout dans la ville (des restaurants universitaires à la Cinémathèque), les événements se succèdent et ne se ressembleront pas. On fera donc des visites fictionnelles, on écoutera des histoires sans fin dans les couvents, on déambulera en chaussons dans le musée d’Assézat la nuit, on vivra une « nuit des cours » au fil de courts-métrages et dans les cours historiques, on suivra des Ariane toulousaines à la trace pour un fil d’Ariane inédit dans la ville…

Le 22 octobre, le Printemps de Septembre se clôturera par un grand Bal Dada. Au diable les conventions, c’est le printemps en septembre à Toulouse !

img_3532 img_3516 img_3491 img_3578 img_3581 img_3488 img_3528 img_3572

Publicités

Une réflexion sur “PS2016

  1. Pingback: Mercure Saint-Georges | 9skyline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s