Home

La Bourgogne de la Saint Vincent !

Echappée belle en Bourgogne : un savant assemblage de grands crus, de vieilles pierres, de tradition et de charme

Alors que la Bourgogne est candidate, avec ses fameux « climats », à l’inventaire du patrimoine mondial de l’Unesco, c’est l’occasion d’une escapade pour découvrir ce patrimoine unique et préservé, qui, de Dijon à Beaune, nous fait voyager entre tradition et modernité, grands crus et haute gastronomie, vertes collines et vieilles pierres.

Fin janvier, Dijon festoyait, aux côtés de Beaune et de Nuits-Saint-Georges, au rythme de la Saint Vincent tournante, traditionnelle fête vigneronne organisée en l’honneur du saint patron Vincent. Entre cérémonie religieuse, procession et défilé des statuettes, intronisation dans la confrérie des chevaliers du Tastevin, banquet des vignerons et villages de dégustation, la Bourgogne célébrait son terroir, sa culture et sa passion du vin. Une passion qui, en 2012, va se consacrer à promouvoir la candidature des climats de Bourgogne au titre de patrimoine mondial de l’Unesco.

La Bourgogne à cœur : 2000 ans d’histoire et 1247 climats

Patrimoine, héritage… Ces mots ont un sens particulier en Bourgogne, où 2000 ans d’histoire viticole ont façonné une « Côte d’or » célèbre dans le monde entier qui vit au rythme du Chardonnay et du Pinot noir. Sur quelques 60 kilomètres de collines, de Marsannay à Santenay en passant par Dijon et Beaune mais aussi Meursault, Pommard et tant d’autres, défilent les noms évocateurs et prestigieux, tels Romanée-Conti, Chambertin, Clos de Vougeot, qui nous promènent dans une mosaïque de côtes et de clos, et de ce qu’on nomme ici « climats ».
Loin de froides discussions sur le réchauffement climatique, en Bourgogne, le mot « climat » désigne un concept né au Moyen-âge et qui prend sens quelque part entre les notions de terroir, de vignoble, de parcelle et de plants. Unique au monde, le concept se décline en 1247 climats bourguignons qui, de la Côte de Nuits à celle de Beaune, conjuguent les subtilités des éléments et des talents et concrétisent ainsi cette idée « d’œuvre conjuguée de l’homme et de la nature » que l’Unesco a pour mission de protéger. C’est cette mosaïque de micro-paysages, où chaque pied ou rangée de vigne est différent et n’a parfois pas le même propriétaire, et cette histoire d’hommes, de pierre et de terre que la candidature des Climats de Bourgogne au patrimoine de l’Unesco veut préserver, transmettre et partager. Engagée depuis 2007, la démarche, qui a passé avec succès en janvier 2012 la sélection nationale, est longue et concurrentielle pour, comme les pyramides d’Egypte ou le Mont Saint Michel, obtenir le précieux label, synonyme à lui seul de 25% de fréquentation touristique supplémentaire…

Escales de charme en terres bourguignonnes

C’est donc maintenant et sans attendre qu’il faut aller (re)découvrir cette Bourgogne préservée et authentique qui a obtenu récemment le label « Vignobles & Découvertes », et sa capitale, Dijon, qui, en plus de sa moutarde, de sa légendaire chouette (celle qui exauce les vœux de ceux qui la caressent de la main gauche…), de ses ruelles pavées et de son héritage ducal, revendique désormais sa culture vigneronne.

Fidèle à sa réputation gastro-œnologique et à son patrimoine de ceps et de pierres, la région n’est pas avare en adresses de charme. A Dijon, on apprécie la dynastie Billoux, qui en famille et en face du Palais des Ducs, gère le Pré aux Clercs, restaurant gastronomique où Jean-Pierre, le père, revisite tout en finesse la cuisine de terroir, et le Bistrot des Halles, mais aussi depuis quelques mois 5 chambres d’hôtes aux décorations originales, notamment « la Cuisine » en hommage aux talents maison.
Mariant aussi vieilles pierres, vieilles poutres et design, l’Hôtel Philippe le Bon (du nom de Philippe III de Bourgogne, fils de Jean sans Peur et père de Charles le Téméraire, amateur de plaisirs terrestres et d’art) offre trois hôtels particuliers des XVe et XVIIIe siècle aux voyageurs du XXIe qui apprécieront aussi le restaurant heureusement nommé « Les Oenophiles » et sa terrasse ou le bar à vins « L’autre Entrée ». A moins qu’on ne préfère l’option du dîner dans une crypte du XVIIe siècle chez La Dame d’Aquitaine…

Repus et reposé et après avoir adressé son vœu à la Chouette, il sera temps de partir « sur la côte » comme disent les locaux. Point de mer à l’horizon, ici, il s’agit de la Côte de Nuits dont on aperçoit les contours du haut des 46m de la Tour Philippe le Bon (toujours lui). Fixin, Gevrey-Chambertin, Chambolle-Musigny, très vite, on est au coeur du vignoble et de ses villages restés peu ostentatoires, la richesse est ailleurs, dans la terre et dans les vignes, qui ne se vendent pas mais se transmettent encore au gré des mariages !
Au détour d’un lacet de route, apparaît le Clos de Vougeot, qui se visite et retrace la façon dont on faisait alors le vin car c’est ici que les moines de Cîteaux ont « inventé » un des plus beaux nectars au monde. Si on travaillait le raisin à Vougeot, c’est au Château de Gilly que ces abbés recevaient entre le XIVe et le XVIIIe siècle. Et c’est désormais, après quelques dégustations dans les propriétés familiales de Vosne-Romanée ou d’ailleurs, une parfaite halte de charme, car le Château fait désormais partie des « Grandes Etapes Françaises » : on peut donc dîner ou dormir sous les croisées d’ogives et les boiseries d’époque, tout en contemplant les vignes alentours et en écoutant Apollinaire :

« Rappelle-toi cet excellent homme ! Il descendait, en soufflant un peu, les escaliers de la cave, et toi, enfant, tu le suivais en tenant le vieux chandelier de fer et le taste-vin d’argent. Il faisait le tour des casiers ; il souriait en passant à ce subtil Meursault, limpide et brillant d’une belle teinte d’or vert; à ce sublime Montrachet dont la grappe a la couleur de l’ambre; à ce Chambertin dont la pourpre rappelle les plus magnifiques soleils couchants. » Guillaume Apollinaire

Infos pratiques
http://www.visitdijon.com
http://www.bourgogne-tourisme.com
http://www.wineandvoyages.com
http://www.jeanpierrebilloux.com
http://www.hotelphilippelebon.com
http://www.restaurant-lesoenophiles.com
http://www.lautreentree.com
http://www.ladamedaquitaine.fr
http://www.chateau-gilly.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s