Home

Peut-on être heureux à 40 ans ? La réponse est « U » ! Ou comment la science semble parfois pouvoir expliquer beaucoup de choses : la crise de la quarantaine, notre cousinage avec les grands singes et le bonheur qui aurait la forme d’un U.

La crise de la quarantaine existe-t-elle vraiment ou est-ce un prétexte, une vue de l’esprit d’esprits chagrins ? Des chercheurs britanniques ont tenté de lever le voile sur ce mal sournois qui mine le quarantenaire pourtant encore plein de verve. Oui, la crise de la quarantaine existe, a des fondements biologiques et se retrouve chez nos cousins les grands singes ! Cqfd. Il paraît même que le bonheur a la forme d’un U et qu’à 40 ans et des poussières, on est au fond du U !

C’est un économiste, Andrew Oswald, professeur à l’Université de Warwick, et Alex Weiss, psychologue à l’Université d’Edinburgh, qui ont mené l’enquête sur ce phénomène bien connu en sociologie et qui constate que le bien-être humain évolue au cours de la vie, allant de l’enthousiasme de la jeunesse à la sérénité de la vieillesse mais passant par un creux vers 40 ans. Mais il ne faut point rejeter la faute sur les (multiples) raisons usuellement invoquées et qui balayent les incertitudes économiques, les ruptures amoureuses et autres séparations, les crédits à payer et toutes les charges de la vie moderne et stressée. Car en évaluant le bien-être de 508 grands singes (chimpanzés et orangs-outans), on les retrouve également d’une humeur un peu « down » à cette même période de la vie.

La crise de la quarantaine aurait donc des fondements biologiques, partagés avec les grands singes, et cette évolution, en bien et en mal, du sentiment de bien-être au cours de la vie n’est pas le seul apanage de l’homme moderne ! Et maintenant, on fait comment ? On attend 50 ans pour commencer à remonter la pente du U ?! Les auteurs de l’étude veulent, au contraire, voir dans leur théorie du bonheur en U ancrée dans la biologie, une source de voies possibles (qui restent à identifier), pour améliorer le bien-être des primates que nous sommes. Be happy !

Oeuvre de Lawrence Weiner, 1942, New York, Etats-Unis

Evidence for a midlife crisis in great apes consistent with the U-shape in human well-being

Abstract

Recently, economists and behavioral scientists have studied the pattern of human well-being over the lifespan. In dozens of countries, and for a large range of well-being measures, including happiness and mental health, well-being is high in youth, falls to a nadir in midlife, and rises again in old age. The reasons for this U-shape are still unclear. Present theories emphasize sociological and economic forces. In this study we show that a similar U-shape exists in 508 great apes (two samples of chimpanzees and one sample of orangutans) whose well-being was assessed by raters familiar with the individual apes. This U-shaped pattern or “midlife crisis” emerges with or without use of parametric methods. Our results imply that human well-being’s curved shape is not uniquely human and that, although it may be partly explained by aspects of human life and society, its origins may lie partly in the biology we share with great apes. These findings have implications across scientific and social-scientific disciplines, and may help to identify ways of enhancing human and ape well-being.

Authors:
Alexander Weiss (a,b,1,)
James E. King(c),
Miho Inoue-Murayama(d),
Tetsuro Matsuzawa(e), and
Andrew J. Oswaldf (g)

a Scottish Primate Research Group,
b Department of Psychology, School of Philosophy, Psychology and Language Sciences, University of Edinburgh, Edinburgh EH8 9JZ, United Kingdom;
c Department of Psychology, University of Arizona, Tucson, AZ 85721;
d Wildlife Research Center of Kyoto University, Sakyo, Kyoto 606-8203, Japan;
e Section of Language and Intelligence, Primate Research Institute, Kyoto University, Inuyama, Aichi 484-8506, Japan;
f Department of Economics and Centre for Competitive Advantage in the Global Economy, University of Warwick, Coventry CV4 7AL, United Kingdom; and
g Institute for the Study of Labor, 53072 Bonn, Germany

Edited by George A. Akerlof, University of California, Berkeley, and approved October 11, 2012 (received for review July 22, 2012)

Source: PNAS doi: 10.1073/pnas.1212592109 PNAS November 19, 2012 Evidence for a midlife crisis in great apes consistent with the U-shape in human well-being

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s