Home

Voyage au pied de l’alambic…

P1130657

700 ans d’histoire, un terroir, un héritage : ballade hivernale en Armagnac, quand la gelée blanche se pose sur les vignobles et les collines de Gascogne et que l’Alambic réchauffe les âmes et les anges.

« Eau-de-vie d’auteurs », c’est ainsi que le Bureau National Interprofessionnel de l’Armagnac (BNIA) P1130717présente ce trésor (parfois méconnu mais tant mieux pour les vrais amateurs ?) du vignoble et du terroir français.
Français ? Gascon avant tout ! C’est en effet quand on s’échappe sur les traces de d’Artagnan, dans cette Gascogne riche et généreuse, authentique et savoureuse que l’on rencontre et découvre véritablement en ses terres l’âme de cette eau-de-vie, la plus ancienne au monde avec ses P1130691700 ans d’histoire. Ici, dans ce pays dont on dit parfois qu’il ressemble à la Toscane et où, dit-on, « le bonheur est dans le pré »… Mais il est aussi et surtout dans les vignes, qui dessinent de leurs ceps alignés, nus l’hiver, verdoyants avant effeuillage ou prometteurs à la fin de l’été, les coteaux et les monts de cette Gascogne qui s’ancre dans le Gers mais dont l’héritage s’étend entre Pyrénées, Garonne et Océan.

Armagnac : du terroir à l’alambic, un savoir-faire, un héritage, une alchimie

P1130696

Le château de Maniban de la famille Castarède dans la lumière de décembre

Le terroir de l’Armagnac, lui, pluriel comme son produit, se décline d’ouest en est, en trilogie : P1130711Bas-Armagnac (d’Eauze à l’Adour en passant par Cazaubon), Armagnac-Ténarèze (en droite ligne de Condom à Vic-Fezensac) et le Haut-Armagnac (autour de Lectoure, d’Auch mais aussi vers le sud au-delà de Marciac). Climat doux et tempéré sous influence d’Océan ou d’Autan et paysages de vallons et de collines aux sols argilo-silicieux, de boulbènes limoneuses ou argilo-calcaires et calcaires, vignobles historiques (post-phylloxera bien sûr) et cépages locaux finissent de dresser le portrait-robot de ce terroir où nait cette eau-de vie inimitable et unique et pourtant si diverse.
Ici, on cultive la vigne et l’amour de l’Ugni Blanc (cépage de distillation, massivement utilisé en pays cognacais), du Colombard (plus largement valorisé sous l’appellation de vin Côtes de Gascogne, IGP ex-Vin de Pays locale), du Baco (de son nom de code et d’inventeur Baco 22A, un hybride apportant de la rondeur et de la suavité) et de la Folle Blanche, le cépage historique et dominant de la région à l’ère pré-phylloxera.
De la vigne, on passe à la cave puis à l’alambic, étape chaleureuse et un peu féérique, prétexte à de nombreux rites en Gascogne dont le déjeuner de chasse au pied de l’alambic ou le non moins traditionnel (mais réservé aux intimes souvent) brûlot, mais on n’en P1130671dira pas plus ici ! Mais le premier secret de l’Armagnac, c’est qu’il est produit à base de vin, dont il suit et hérite les spécificités, les atouts et les contraintes. Les vendanges 2013, à cause d’une météo incertaine, d’un printemps très pluvieux et d’un automne aléatoire, ont été de faibles volumes, la production d’Armagnac en 2013 le sera donc aussi. A la différence d’autres alcools et eaux-de-vie, whisky et vodka en tête, qui ne subissent pas cette pression de la récolte… Loi du ciel et de la terre certes mais aussi loi économique, l’Armagnac, conservé et vieilli longuement, n’apportant pas de cash de suite et nécessitant donc une solidité financière pour les exploitations, souvent artisanales et familiales (ce qui en fait le charme).

P1130729Mais revenons à l’alambic. Star de l’hiver en Armagnac, il en porte d’ailleurs le nom car l’alambic armagnacais est spécifique, en continu et à simple chauffe. Du cuivre, un brevet déposé en 1818 sous le règne de Louis XVIII (mais l’Armagnac fut introduit à la Cour du Roi bien plus tôt, un valet du Roi ayant épousé une fille Maniban, une famille dont le nom s’appose encore sur des Armagnacs réputés, Histoire quand tu nous tiens), du savoir-faire et des P1130688adaptations successives par les bouilleurs de cru ambulants et les familles possédant leur propre alambic.
De cet alambic, sort une eau-de-vie incolore qui va alors rejoindre les fûts de chêne (pièces) pour laisser s’écouler le temps, changeant toutefois de bois pour se parer au mieux d’arômes et de couleurs. De Gascogne ou du Limousin, le bois va alors dicter sa loi: un bois du centre de la France, qui pousse plus vite avec des stries fines donnant ainsi des flaveurs vanillées et plus de souplesse alors qu’un chêne gascon et plus ancien chauffé plus fortement donnera un Armagnac plus complexe, avec des notes de torréfaction.
Délicate alchimie…

P1130683

Armagnac aux mille vertus et visages

Ce n’est que quelques années, décennies, plus tard que l’on retrouvera le subtil breuvage, affiné par le temps et les anges qui prélèvent leur part dans le secret des chais…. Un breuvage dont l’ancêtre s’appelait « Aygue ardente » et était glorifié dans le « Livre très utile pour conserver la santé et rester en bonne forme » publié en 1310 par Maître Vital Dufour, prieur d’Eauze, homme d’église érudit et féru de médecine. Tout est dit. Aujourd’hui, il se vend une dizaine de millions de bouteilles d’Armagnac (issues de quelques 20000 hectares de vignoble et du P1130712travail de quelques 800 viticulteurs dont 500 indépendants), dont la notoriété reste à promouvoir, ce qui est une des missions du très dynamique BNIA. Structure artisanale des maisons d’Armagnac, contraintes de l’appellation qui limite la production annuelle, distribution de qualité parfois confidentielle et éducation des palais à optimiser. Ce que les producteurs de whisky font depuis plus de 20 ans afin d’initier le monde entier à la dégustation et différenciation des (bons !) whiskys, l’Armagnac doit donc commencer à la faire, pour transmettre, au-delà du plaisir gustatif, son identité et son héritage, et un peu d’art de vivre gascon au passage… Car les locaux et producteurs le clament « Ici, c’est l’Armagnac qui est la véritable identité de notre pays ! ». Une authenticité qui se vend dans plus de 100 pays (40% des ventes à l’export) avec un fort engouement en Russie, mais aussi plus récemment en Chine.

P1130721Cet Armagnac, apprécié partout dans le monde pour son origine et son authenticité, est pourtant divers, autant que le sont ses terroirs, ses racines, ses pratiques d’élevage et de vieillissement. Unique mais divers. Du 3 étoiles (à réserver à la cuisine…) au millésime en passant par le VS, puis VSOP, puis XO ou Hors d’Age. Vivacité, suavité, longueur, finesse, floral ou végétal, boisé ou grillé, parfois un peu d’épices, de fruits confits ou secs, quelques notes animales quand on avance en âge. Et selon les domaines, encore des variations aussi diverses que les terroirs et que le caractère du maître de maison. On dit par ici qu’un armagnac ressemble souvent à son propriétaire, caractériel ou facile à vivre, original ou classique, novateur ou traditionnel, il y en aurait donc pour tous les goûts et toutes les occasions.
En Gascogne, l’héritage (et l’alambic) armagnacais se transmet de générations en générations souvent, P1130722mêlant patrimoine et savoir-faire mais aussi parfois innovation. Comme au Domaine de Joÿ où Roland Gessler et son frère perpétuent l’histoire d’un grand-père venu de sa Suisse natale en 1925, et ont lancé en 2007 une collection de Grands Armagnacs aux flacons dessinés par Paco Rabanne. Alors que la 4e génération s’apprête à prendre la relève dans les collines gersoises, il parait que le nom du domaine remonterait au XIIe siècle et au temps des troubadours et signifierait « le joyeux » en occitan. Joie et santé… Maître Vital Dufour l’avait bien dit…

Même aujourd’hui, le bonheur de vivre ici semble chevillé au corps du Gascon, qu’il soit de souche ou de cœur. Avec une petite dose de French Paradox, mais aussi de canard et de croustade, et surtout une goutte d’Armagnac, il paraît qu’on fabrique ici beaucoup de centenaires.
P1130668Peut-être juste pour le plaisir, quand l’hiver revient, de célébrer à nouveau le temps de l’alambic et de la patience. Et savourer le contraste entre la gelée blanche matinale et la chaleur de l’alambic au creux du chai, devant lequel ronronne parfois le chat de la maison confortablement installé dans le fauteuil de la grand-mère. Le ciel d’un bleu pur et les vallons et vignes de Gascogne en toile de fond…

Découvertes es Armagnac

  • P1130714Armagnacs à déguster : Laberdolive, Bordeneuve, Joÿ, Poutéou, Castarède…(et tant d’autres) : à chaque domaine, sa spécificité, son moment, son amateur ;
  • Alliance à découvrir : le mariage parfait entre le Roquefort et la Blanche d’Armagnac, nouvelle appellation octroyée en 2005 à une eau-de-vie AOC distillée précocement et vieillie sans contact avec le bois. Résultat : une couleur pure et des arômes fruités et floraux, à tester sur certains mets ou en cocktail. Un nouveau produit pour viser une autre clientèle et moderniser l’image.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s