Home

City trip à Dublin

Au coeur de ce périple irlandais, 9Skyline s’est posé à Dublin, le temps d’un week-end. Entre portes colorées et ponts sur la Liffey, de Trinity College à Guinness City, en passant par les Docks revisités et Temple Bar, visite au fil de la rivière et de l’esprit celte et festif de la capitale irlandaise.P1150238

Cap à l’est et retour vers la civilisation après ces échappées nature & embruns. Cap sur la capitale de la République d’Irlande : Dublin, ses ponts, ses portes colorées, ses nuits festives, son histoire mouvementée, son architecture qui traverse les siècles… Sur les pas de Bono, Sinead O’connor, Joyce ou Beckett, on part à la (re)découverte de Dublin, entre tradition et modernité.

De tous temps, la ville de Dublin, qui fut hameau gaélique et village viking, a été intimement liée à son fleuve et ses différents quartiers, qui remontent du port vers l’intérieur des terres, en content l’histoire, maritime, urbaine et commerciale. Au rythme des ponts dublinois, on découvre un Dublin à multiples facettes. Il y a les ponts construits du temps où les bateaux remontaient loin sur la rivière : le Liam Mellowes Bridge (1768), le O’Donovan Rossa bridge (1816), et le célèbre Liffey Bridge, construit en 1816 également et plus connu sous le nom de Ha’penny Bridge : il s’agissait alors d’une passerelle pédestre qui permettait, moyennant un demi-penny, de traverser la rivière qui coupe la ville en deux… Plus P1030044récemment, l’incontournable Samuel Beckett Bridge, inauguré en 2009 et dessiné, en forme de harpe, par le célèbre architecte espagnol Santiago Calatrava fait écho au James Joyce Bridge du même architecte édifié à l’autre bout de la ville en 2003.

Au-delà de ses ponts, Dublin affiche ses « districts », la partie médiévale en bord de Liffey héritée des Vikings, le Cathedral District autour de la cathédrale, le vert St Stephen District qui jouxte le célèbre P1150228parc (qui appartenait à la famille Guinness et qui fut donné au peuple de Dublin), le quartier géorgien et ses bâtisses majestueuses du XVIIIe siècle, pas très loin du célèbre stade de football entouré de maisonnettes tranquilles (et chics), et enfin, le tout nouveau Financial District de l’autre côté de la Liffey qui revisite les anciens docks et abrite un centre de conférences ultramoderne et le O2 Theatre.
Dublin est multiple et surprenante… Ici, la visite est de na ture à plaire à tous et une balade dublinoise peut se faire au rythme de l’histoire, de l’architecture, de la culture, du shopping, de la musique, ou encore des saveurs.

Car une visite de Dublin ne serait pas complète sans une halte dans deux de ces « villes dans la ville » que sont le Trinity Collège et le Guinness Storehouse, qui incarnent un peu de l’âme de Dublin.

Trinity College, manuscrits anciens et esprit étudiant

P1150243Pénétrons tout d’abord dans le cercle du savoir, Trinity College, pour une pause culturelle (et rajeunissante…) dans la quiétude de l’enceinte de la plus ancienne université irlandaise fondée en 1592. L’ambiance y est étudiante, sérieuse et déconctractée, jeunes gens en bermudas ou doudounes selon la saison qui déambulent, courent de cours en cour, papotent et se reposent. Mais Trinity College recèle aussi un trésor et un lieu magique. C’est en effet ici que s’admire un des plus beaux manuscrits enluminés datant de l’an 800, le Livre de Kells, conservé dans la Old Library. Construite entre 1712 et 1732, elle jouit aussi depuis 1801 du privilège du dépôt légal des ouvrages publiés en Grande Bretagne et Irlande. Quelques trois millions de volumes sont conservés ici, dans huit bâtiments… Mais le lieu le plus magique, pour qui aime les livres, est sans doute la « Long Room » ou Galerie, longue de 65 mètres et qui arbore sur ses murs quelques 200000 œuvres parmi les plus anciennes. Une voûte en berceau, des bustes en marbre de grands auteurs, ces livres anciens chargés d’histoires et d’Histoire : la magie est là et on pourrait y rester des heures.

Guinness City, l’autre ville dans la ville

Mais d’autres considérations appellent le visiteur et il ne faudrait pas faire l’impasse, surtout si on est P1150264amateur de bière, sur l’autre ville dans la ville : la Guinness City dont Dublin reste le centre névralgique et stratégique de fabrication de la mythique bière brune irlandaise. Dans cette ancienne usine (construite en 1904 et en activité jusqu’en 1988) dédiée à la fermentation du sombre breuvage, place à la brique et à cette architecture industrielle typique du début du XXe siècle. Racontant les 250 ans de mémoire de la bière irlandaise, l’entrepôt offre restaurant (cuisine traditionnelle revisitée avec un soupçon de Guinness dans les recettes), académie de P1150257la bière (où on apprend et obtient son diplôme pour tirer la bière à la pression !), centres de dégustation et parcours commenté sur ce qu’est la Guinness, la vraie ! Ici on vous contera l’épopée de la famille Guinness, et on vous dévoilera (presque) les secrets de fabrication de la bière brune inimitable et inimitée. Tout en haut, dans une tour conceptuelle intégrée au bâtiment d’origine et imitant al forme d’une pinte de Guinness, la vue à 360 sur Dublin offre un nouveau regard sur la ville et un bar panoramique pour contempler la cité et au loin la mer.

 

Mais il y a tant d’autres choses à faire à Dublin :

– Visiter le Irish Museum of Modern Art (IMMA), dans un ancien Hôpital Royal construit au XVIIe siècle sur le style des Invalides, qui expose une collection permanente éclectique de 1650 oeuvres d’art moderne et contemporain (Gilbert and George, Pierre Huyghe, Paul Seawright, Cecil King, Louise Bourgeois, Barry Flanagan…) ;P1030040
– Flâner sur les quais à contempler les rénovations de certains entrepôts devenus lofts ultramodernes ou bureaux très classe et aller jusqu’au port et à la mer regarder la valse des goélands sur l’eau ;
– Déjeuner au soleil ou diner dans une belle cave voûtée au Ely Bar & Brasserie, qui, au cœur du Financial District de la ville dans un ancien entrepôt restauré, propose quelques 400 références de vins, un bar à huître à l’étage, un bar-lounge design et une cuisine de marché moderne ;
– Dormir, sur les bords de la Liffey, chez Bono & The Edge, au Clarence, qui, entre boiseries Arts & Crafts et élégance contemporaine, est une belle référence pour les amateurs de luxe non ostentatoire… et les fans de U2 ! 49 chambres, dont une Garden Terrace Suite (célèbre depuis « Beautiful day & Elevation ») et un Penthouse sur le toit…

Dublin, tellement différente et plus animée que les paysages fabuleux et oniriques de l’Irlande sauvage de l’ouest ou de l’Irlande rieuse du Sud baignée par la mer, est en fait un excellent résumé de tout ce qu’on peut vivre et faire en Irlande, et aussi de cet irish Way of Life décontracté et léger. « En Irlande rien n’est sous pression à part la bière » vous assureront les autotochnes…

P1150249  P1150240 P1030047IMG_2292

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s