Home

Citadine, balnéaire, vibrante, nonchalante, addictive, festive : pour un week-end ou pour beaucoup plus, Barcelone ne laisse pas indifférent. Quoi qu’il arrive, Barcelona forever !

Entre Pyrénées et Méditerranée, de Montjuic à Gracia ou sur la Rambla, Barcelone est une de ces villes qui ne dort jamais ou presque. Pour un week-end ou pour la vie, la métropole catalane offre un joyeux tumulte mêlé de quiétude et de convivialité, cultive ses différences et affiche sa personnalité qui ne laisse pas indifférent. Un verre de Cava et nous voilà : Holà Barcelona, què tal ?

Baignée par la Méditerranée mais tout près des « Pirineus » catalanes, Barcelone est un kaléidoscope surprenant. Du haut du Tibidabo – 512 mètres, plus haut sommet de la Serra de Collserola, célèbre pour son parc d’attractions – ou de Montjuic -173 mètres, haut-lieu de l’exposition Universelle de 1929 et des Jeux Olympiques de 1992, la vue panoramique laisse imaginer une ville cosmopolite et éclectique, mêlant quartiers historiques et tours design, monuments majestueux et parcs verdoyants, dédale de ruelles médiévales et plages de la Grande Bleue.
Ceinturée par des Ronda vrombissantes, des artères tracées au cordeau comme la bien-nommée Diagonal et son port industriel et commercial, Barcelone attire, intrigue et séduit, mais parfois pas dès le premier regard. Citadine et balnéaire, vibrante et nonchalante, addictive et festive, Barcelone ne se raconte pas mais se vit.

Entre traditions et modernité

Deuxième ville d’Espagne en termes de population et d’activité, Barcelone est une métropole internationale et florissante. Riche d’une histoire datant de l’ère romaine, marquée aussi par les Wisigoths, les Vandales et les Arabes, le féodalisme, la monarchie castillane et dotée aujourd’hui de centres de R&D de pointe, Barcelone a de tous temps été un berceau de tendances – du modernisme catalan au noucentisme en passant par les innovations high-tech d’aujourd’hui, mais surtout marquée par sa culture – et sa langue – catalane.
La Tore Agbar, gratte-ciel (dit le suppositoire) dessiné par Jean Nouvel emblématique de la skyline barcelonaise, y côtoie les tours humaines, ces fameux Castells inscrits au Patrimoine Mondial immatériel de l’Unesco, symbole, au son de la gralla, de la solidarité intergénérationnelle et des valeurs et fêtes catalanes. Barcelone abrite aussi bien le festival de musique électronique Sonar que les fêtes populaires de la Merce ou le marché traditionnel de Santa Llucia avec ses Tio de Nadal.
Modernité et tradition. Multiculturalisme mais fierté d’être catalan. Ou encore mer et montagne : il est ainsi possible de faire du ski ou de la randonnée le matin et d’être sur la plage l’après-midi. Barcelone est une porte ouverte sur les possibles et les contrastes.

Les barris de Barcelone : entre Diagonal et Rambla, de Gracia à Barceloneta

A l’image de ses 73 quartiers regroupés en 10 districts.
La Ciutat Viella mêle ruines romaines et architecture médiévale et offre un voyage dans le temps et dans des univers radicalement différents : ambiance (encore) alternative et multiculturelle du Raval, El Born à la fois branché et authentique, Barri Gotic aux ruelles et échoppes étroites, avant de plonger vers la Barceloneta, ancien quartier de pêcheurs, aujourd’hui haut-lieu de promenade et de fête sur fond d’hôtels design et de plages de sable fin. L’Aquarium et la jetée de Mare Magnum démarrent la balade pieds dans l’eau jusqu’à la Platja du Llevant, Diagonal Mar et le nouveau quartier d’affaires et en passant par Poblenou.
De San Marti, Diagonal mène tout droit vers les Glories Catalanes, aperçoit les grues de la Sagrada Familia avant de filer vers le quartier résidentiel Les Corts, qui s’ouvre sur le quartier universitaire et le mythique Camp Nou. A mi-chemin, en croisant le Passeig de Gracia et la Rambla – populaire et touristique en descendant vers la mer, plus authentique dans sa version Rambla Catalunya, Barcelone dévoile deux autres ambiances de quartiers.
Gracia a conservé l’esprit de l’ancien village indépendant et offre son ambiance bohème et son charme discret. L’Eixample est un exemple de rationalisation urbanistique avec ses rues, si calmes le dimanche matin, au cordeau émaillées de restaurants, de boutiques et d’immeubles d’habitation. Séparant la Dreta et la Esquerra de l’Eixample, le chic Passeig de Gracia abrite boutiques de luxe et de mass-market et quelques palaces aux façades majestueuses mais aussi les plus belles réalisations de Gaudi.

Gaudi, Miro et les autres

Barcelone est marquée par l’héritage Gaudi (1852-1926). Diplômé de l’Ecole d’Architecture de Barcelone, dont le directeur aurait dit « Nous avons accordé le diplôme à un fou ou à un génie. Le temps nous le dira », celui qui fut un enfant renfermé et maladif, exprima une exubérance d’idées et de pierre dans ses œuvres. S’inscrivant dans la mouvance Art Nouveau, il sera le porte-étendard de la variante catalane appelée Modernisme, travaillant à la fois architecture, mobilier, formes, géométrie et couleurs. 14 œuvres de Gaudi dont 7 classées au Patrimoine de l’Unesco rythment la promenade barcelonaise, des pionniers lampadaires de la Plaça Reial jusqu’à l’inachevée basilique de la Sagrada Familia en passant par la Casa Vicens, la Casa Batllo, la Casa Mila (ou Pedrera), le Palau ou le Parc Guell. Partout, des courbes, des paraboles, la lumière captée par l’instant signant un style inimitable et reconnaissable entre tous, à la fois organique et architectonique, inspiré des quatre passions de Gaudi : l’architecture, la nature, la religion et la Catalogne.

D’autres génies catalans ou de passage ont marqué la ville comme Gabriel García, Pablo Picasso, Antoni Tàpies ou Joan Miró. Si quelques mosaïques et sculptures sont disséminées dans la ville, c’est à la fondation Miró, qui offre une magnifique vue sur la ville depuis les hauts de Montjuic, qu’on peut admirer la plus riche collection du maitre espagnol du surréalisme, né à Barcelone en 1893, mais aussi quelques œuvres de Calder, Rothko, Duchamp ou Saura. Autres temps, autres styles, sur Montjuic toujours, la Torre de Calatrava (tour télécom des JO de 1992) domine le Pavello Mies Van der Rohe, copie du pavillon allemand de l’exposition internationale de 1929. Barcelone se réinvente sans cesse au fil des siècles.

Playa et pica-pica, les petits plaisirs barcelonais

Mais l’art de vivre barcelonais demeure. Réputé entrepreneur et travailleur, le Catalan n’en est pas moins un épicurien. Il faut dire que la douceur du climat méditerranéen et l’ambiance festive et détendue dès que le soleil décline, incitent à profiter et à partager – le fameux « compartir » qu’on retrouve à l’heure des tapas. Jamon, croquetas, montadito, patatas bravas, « huevos » de milles façons ou encore anchois de La Esquala ou gambas rouges de Palamos sur la Costa Brava toute proche et vins de Penedès invitent à tout goûter – sur le concept du pica-pica : picorer et partager – et rythment les soirées.
En journée, c’est à la Boqueria qui aligne ses étals colorés et son ambiance qui l’est tout autant que Barcelonais et touristes remplissent leur panier et leur gosier, tout comme au Mercat de Santa Caterina avec son toit en forme de vague dans El Born ou encore, moins touristiques, ceux de la Concepció dans l’Eixample ou de Sant Antoni.
Sans oublier les grands chefs catalans, comme Ferran Adria, les Frères Rocca, Carles Abella qui ont essaimé ou démarré à Barcelone et réinventé la cuisine et l’art de manger, même sous forme de tapas. A 40 kilomètres au sud de Barcelone, la région de Penedès offre ses routes des vins, ses 300 caves et domaines à visiter dont certains à la remarquable architecture moderniste et ses Cava à déguster, initialement produits à partir des cépages Macabeo, Xarelo et Parellada.

Des bulles à emporter sur le sable pour célébrer les jolies soirées barcelonaises sur les plages de la Barceloneta à l’ombre du « poisson » de l’Hôtel Arts ou de la « voile » du W. Vue à 180°C, voire à 360° si on s’installe sur un roof-top ou en bord de roof-pool branché, mer calme et estran en devers et Barcelone qui vibre en arrière-plan.

A Barcelone, une autre des cartes postales et des hot spots de balade, est celle des lumières de la Font Majica, cascades d’eau et de lumière qui descendent de Montjuic pour illuminer le chemin vers la Plaza Espanya. Quelle que soit la raison qui emmène à Barcelone, cette cité aux milles facettes reste unique et magique. Gràcies Barcelona !

 

A voir, à faire

  • L’Hospital de la Santa Creu i Sant Pau, dessiné en 1901 par l’architecte Domènech i Montaner, pour un voyage entre architecture moderniste et médecine
    santpaubarcelona.org
  • Le Palau de la Musica, joyau de l’Art Nouveau catalan signé Domènech i Montaner
    www.palaumusica.cat
  • Le Musée d’Art Contemporain de Barcelone (MACBA) au cœur du Raval
    www.macba.cat
  • La Fondation Miro, pour la collection du grand maître et la vue sur la ville, au soleil couchant
    www.fmirobcn.org
  • Les plages et les xiringuito, de Barceloneta à Mar Bella
  • La virée tapas qui n’en finit pas en se baladant dans l’Eixample par exemple
  • Les fêtes traditionnelles de Gracia, quartier bobo de charme
  • Et tant d’autres choses !

Infos Tourisme Barcelone

www.visitbarcelona.com
www.catalunyaexperience.fr

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s