Home

En bord de Loire, balade au coeur de l’Histoire à l’Abbaye de Fontevraud : du couvent à l’hôtel de charme, de la prison au restaurant étoilé, du centre de rencontres culturelles à la résidence d’artistes sur fond de pierre de tuffeau.

C’est par la « route de la forêt  » qui traverse aussi les vignes du Saumurois que l’on arrive à l’Abbaye. Royale et majestueuse. Imposante et à l’histoire tumultueuse. Discrètement cachée derrière un porche de pierre au coeur du charmant village de Fontevraud, l’Abbaye fut en effet tour à tour ou à la fois couvent, monastère, hôpital, prison, hôtel et musée. Remontons le temps en parcourant l’Abbatiale, le Grand Moûtier, le Palais Bourbon, Saint-Jean, Sainte-Marie et la Madeleine avant de se poser chez Saint-Lazare.

Robert et les Abbesses

L’histoire remonte au XIIe siècle, et à un certain Robert d’Arbrissel, prédicateur charismatique et itinérant, qui fonda là une institution monastique d’un nouveau genre, doublement mixte – homme et femmes, riches et pauvres – qui devint rapidement à la fois puissante et sulfureuse et essaima de l’Espagne à l’Angleterre. Rattachée au Roi de France et au Pape, l’Abbaye de Fontevraud se voulait « cité idéale », et fut, par la volonté de Robert, successivement dirigée par 36 abbesses, qui dirigeaient d’une main de fer, pensionnaires de noble rang, sœurs converses et moines hommes. Tout en prônant frustration et ascétisme, on menait alors grand train à Fontevraud, où furent accueillies les filles de Louis XV, et où vie diplomatique et mondaine partageaient le quotidien de la vie monacale. C’est ici qu’Aliénor d’Aquitaine consacra le rapprochement des cours de France et d’Angleterre et qu’elle mourut octogénaire, non sans avoir commandé au préalable les gisants, dont le sien, que l’on admire toujours au sein de l’église abbatiale. Nécropole royale, Fontevraud abrite ses restes tout comme ceux d’Henri II de Plantagenêt et Richard Cœur de Lion.

Une prison de pierre

Abandonnée par les religieux après la Révolution Française, l’Abbaye de Fontevraud devient prison d’Etat sur ordre de Napoléon 1er et le restera jusqu’en 1963, voire 1985 quand les derniers prisonniers quittent les lieux. Dans cette prison réputée dure, le cloitre abritait les promenades des détenus, la salle capitulaire était un prétoire et l‘église compartimentée en 4 quatre étages, un dortoir, tandis que l’ancien réfectoire servait d’atelier, où se fabriquaient chaises, couvertures et autres produits. De 1939 à 1944, les Nazis enfermèrent et fusillèrent en ces murs de nombreux résistants. Fontevraud, fidèle à la vision de Robert, abrita aussi un hospice accueillant malades en tout genre et notamment les lépreux.

Architecture et culture, d’hier à aujourd’hui

Histoire sombre ou parfois subtilement obscure… Pourtant c’est dans la clarté et la blondeur de la pierre de tuffeau, que fut bâtie Fontevraud. Presque un millénaire d’histoire et des styles architecturaux allant du XII au XIXe siècle sont réunis et unifiés par cette pierre unique, crayeuse et friable, lumineuse et séculaire, et si particulière à cette région de Loire troglodyte. Cloitres et réfectoire, jardins et orangerie, cuisines romanes et grand dortoir, composent, autour d’une église abbatiale qui accueillait au temps de sa gloire jusqu’à 400 moniales, cet ensemble extraordinairement conservé, qui dévoile aussi aujourd’hui des caves exposant des artistes contemporains et un Ibar – dans une ancienne chapelle – dédié aux vins effervescents du Saumourois et à une bibliothèque numérique pour mieux connaitre Robert, Aliénor et les autres. Car la vocation actuelle de Fontevraud est à la fois de nourrir l’esprit, à travers ce fabuleux témoin de l’Histoire, et les sens, au travers d’expositions, de résidences d’artistes, d’un restaurant gastronomique et d’un hôtel de charme.

Hôtel de charme et calme monacal

L’ancien prieuré Saint-Lazare, qui était dédié au repos et à la convalescence des religieuses, a en effet été récemment – et superbement – rénové et transformé en hôtel 4 étoiles. Et bien plus dans les yeux quand on découvre ce lieu calme et authentique, serein et épuré, qui mêle vieilles pierres et design contemporain.
Dans ce décor majestueux et monastique de calcaire crème, le souci de l’harmonie et du détail semble avoir primé : un grand salon s’orne d’une longue table dont les bougies et sièges de bas-coté rappellent la vocation religieuse des lieux, des cheminées s’entourent de fauteuils et canapés propices aux échanges ou à la méditation, les lampes discrètes éclairent l’intimité du soir et le mélange chaleureux de bois, de cuir et de tissu adoucit la pierre brute et immuable.

Dans les chambres, blanc, beige et gris créent un cocon serein, au confort soigné: lit douillet, tv cachée derrière un panneau métallique, douche italienne au parfum d’aloe vera. Un calme monacal règne à l’intérieur et alentours, les volets clos se ferment sur le silence villageois et se rouvrent sur un jardin brillant de rosée.
La suite s’écrit autour du petit cloitre abritant un potager secret lors d’un petit déjeuner gourmand et de bon goût proposant notamment viennoiseries dodues, oeufs cocotte, jus de fruits et laitages locaux et une pâte aux noisettes artisanale et à graver dans les annales ! A côté, un ibar d’un nouveau genre bouscule les codes historiques et ecclésiastiques le temps d’un verre que l’on finit malgré tout par délaisser pour goûter à la cuisine étoilée du chef Thibaut Ruggeri, Bocuse d’or, une étoile au Michelin.

Quelle que soit l’heure, le charme agit et inspire sérénité et quiétude avec l’impression d’être seul au monde. Havre de paix et de sérénité, un hôtel avec âme.

Découverte en pratique

  • Abbaye Royale de Fontevraud
    Découverte libre ou visites guidées thématiques, escape game pour les grands ou jeu de piste et immersion dans la vie d’une moniale ou d’un prisonnier pour les enfants, mais aussi scène vivante et contemporaine : Fontevraud cité historique « idéale », créative, hospitalière, numérique.
  • Hôtel de l’Abbaye
    54 chambres dans un ancien prieuré
  • Restaurant gastronomique (chef étoilé Thibaut Ruggeri)

Noël à Fontevraud

Un nouveau rendez vous mêlant design, art graphiques, création sonore, œuvres culinaires et découverte d’un patrimoine religieux inédit.
Au programme : Installations, design culinaire, spectacles et contes de Noël
Du 9 décembre au 7 janvier

49590 Fontevraud-l’Abbaye, Maine-et-Loire
www.fontevraud.fr

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s