Home

En Vendée, dégustation privée des cuvées du domaine Saint-Nicolas avec le biodynamiste et sympathique vigneron Thierry Michon. Entre terroir et cosmos et quelques coups de coeur oenophiles.

C’est l’histoire de Maria, de Jacques, de la corne et de la bouse de vache et de la lune. Et du cosmos aussi. Tout ceci apparaît bien compliqué mais quand Thierry l’explique – avec une passion non feinte et un parfait sens de la dérision  – tout paraît presque évident.
Thierry Michon est vigneron mais dans la catégorie biodynamiste. Ce qui pour lui revient à « faire du vin à la vigne et non dans la cave ». Car en biodynamie, c’est en plein air et dans les tréfonds de la terre que tout se joue – le terroir est roi – et ensuite il n’y a qu’à laisser faire la nature… ou presque.
Levures indigènes, intrants extrêmement limités, foulage aux pieds pour les rouges, pressurage pneumatique pour les blancs : Thierry Michon, fièrement implanté sur cette appellation confidentielle des Fiefs Vendéens, est un puriste.
Mais un puriste un peu poète et très facétieux à lire les étiquettes de ses vins : cuvées Be Pop, Be Swing, Gammes en May, Cabaret (pour Cabernet), Sol’Air Rouge… et à voir son penchant pour les pitreries (on le surprend régulièrement à marcher sur les mains et le Vin de Thierry est d’ailleurs illustré par un joyeux drille tête en bas).
Mais il est loin de marcher sur la tête et suit de près les grandes tendances des vins à la buvabilité avérée et bien sûr de l’oenotourisme (visite du chai et dégustations pour le public voire soirées privées au domaine).
Thierry Michon ne se prend pas au sérieux – la dégustation peut se terminer par un set d’accordéon par le vigneron-musicien – mais travaille très sérieusement, et désormais, après son père, avec ses fils. Trois générations donc. Et une belle histoire toujours en construction et pleine de passion.

Cuvées remarquables

Hommage aux Maria de sa vie (sa grand mère et la pionnière et prêtresse de la biodynamie Marie Thun), la cuvée du même nom signée par Thierry Michon fait preuve d’un très bel équilibre tout en Chenin et Chardonnay, joliment rehaussés d’un bois très léger (ici le passage en bois est pour vieillir et non pour boiser, qu’on se le dise !).

Dans la même gamme, la cuvée Jacques est tout aussi honorable, sur le fruit rouge et rond mais là aussi approfondi par un discret boisage.

Hélas, lors de ma visite au Domaine Saint Nicolas, le Be Pop était en rupture de stock, mais a pourtant de nombreux atouts : nez fruité, arômes de fleurs blanches, bouche élégante. Y aura-t-il un Be Pop 2019 ?

www.domainesaintnicolas.com

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s