Home

Jours de fête oeno-gastronomiques à Epernay à l’occasion des Habits de Lumière 2017. Spectacles, mapping, parade, chefs étoilés et soirées dans les grandes maisons. Champagne !

C’est parfois avec un peu de neige, souvent dans le froid et toujours avec des bulles qu’Epernay se pare mi-décembre chaque année, depuis l’an 2000, de ses plus beaux habits de lumière pour célébrer l’hiver, le vin, la gastronomie et le patrimoine.
L’hiver qui, ici, signe un retour au calme dans les caves, les bouteilles étant expédiées pour les fêtes de fin d’année (80% du Champagne dans le monde est consommé à ce moment-là).
Le vin bien sûr et ce breuvage unique au monde, toujours imité, jamais égalé, qui a fait la gloire et la richesse de la ville, auto-proclamée capitale mondiale du Champagne.
La gastronomie car l’un ne va pas sans l’autre et l volonté des champenois est désormais de positionner aussi le(s) Champagne(s) comme un vin de repas.
Le patrimoine, immatériel tel que celui des « Coteaux, maisons et caves de Champagne » reconnu par le prestigieux classement de l’Unesco en 2015, et architectural à l’image de la célèbre Avenue de Champagne avec ses hôtels particuliers siglés Moët, Mercier, Perrier-Jouët, Pol Roger & co.

Grandes maisons et fines bulles

C’est justement le Comité de l’Avenue du Champagne qui a lancé le concept des Habits de Lumière, aujourd’hui devenus un évènement municipal dans son organisation mais international dans son rayonnement. L’idée de départ était de rénover et d’animer cette grande artère qui traverse la ville et les mythes champenois au travers des caves de 15 grandes maisons de Champagne installées ici. De Collard-Picard au numéro 15 à la Comtesse Lafond au numéro 79 en passant par Esterlin au 25, Bergère au 38 et Castellane au 63, des bâtisses Art Nouveau ou néo-classique, de pierre et de briques, associant demeure bourgeoise, chai de vinification et caves souterraines. Si les maisons s’ouvrent désormais aux touristes, l’Avenue du Champagne reste un brin solennelle et imposante. Derrière ses portails vénérables, des hectolitres de champagne vous regardent…

Parade et bars à champagne

Mais mi-décembre, métamorphose ! L’Avenue de Champagne revêt ses plus beaux atours, se pare de mille feux, déambule deux soirs durant au rythme d’une parade artistique, vibre au son des orchestres jazzy et autres DJ’s et résonne de milliers de « pop » de bouchons dans l’allégresse générale des quelques 45000 badauds oenophiles en goguette. En 2017, le fil rouge de la 18e édition des Habits de Lumière, après « la couleur » en 2016, misait sur le blanc et vit donc défiler des chevaux blancs et tonitruants ou s’installer des totems de plumes blanches dansant sur une musique électronique. Amorcé par un « mapping vidéo » enjoué sur la façade du très bel hôtel de ville dont le jardin labellisé remarquable était habité de lucioles et lanternes, la parade inaugurale se terminait place de Champagne (forcément) par un spectacle aérien et onirique intitulé « A vélo vers le ciel ». Tout un programme.

Sur terre et dans les cours des maisons, la poésie des bulles s’associait aux saveurs terriennes des food trucks à thème, huitres, plancha et autres spécialités gasconnes ou italiennes tandis que quelques soirées privées se tiennent dans les salons et caves. Point commun à toutes ces agapes : le Champagne (ou plutôt les champagnes) et la convivialité. Car une des caractéristiques des Habits de Lumière, malgré le succès croissant, est le caractère bon enfant et sans débordement. Tout au plus, quelques jeunes filles gaies dansent sur le trottoir à l’heure de la fermeture des bars à champagne, alors que les poussettes et autres familles à deux ou trois générations sont, elles, nombreuses en début de soirée. Il n’y a pas d’âge pour fêter le champagne !

Habits de Lumières et de Saveurs

Et pas d’heure ! Car le lendemain matin, les noctambules sont attendus à côté du joli marché de la Halle Saint-Thibault pour célébrer, entre croissants et carottes, le mariage entre les chefs étoilés de la région et les grandes maisons de l’Avenue du Champagne. Mésalliances s’abstenir. Recettes élaborées en live autour d’une cuvée sélectionnée et dégustation en 10 services pour cette édition 2017.

On retiendra notamment la terrine de foie gras aux biscuits roses de Reims de Christophe Bréard (Auberge Le Relais à Reuilly) avec le Grand Vintage 2008 de Boizel, la pomme de terre farcie au foie gras et sa crème de châtaigne du chef Christophe Bernard (La Grillade Gourmande à Epernay) en association au champagne A.Bergère Millésime 2009, le Chocolat – Foie gras de Jacky Louazé (Le Foch à Reims) avec le champagne Mercier Blanc de Noirs ou encore l’intriguant Citron jaune d’Arnaud Lallemand sur la Cuvée des Princes Blanc de Noirs de Venoge. L’après-midi, ce sont les enfants qui, secondés par un commis issu du jury des chefs, s’adonnent aux joies de la gastronomie au cours d’un Concours des P’tits Pâtissiers.

Toutes les bonnes choses ayant une fin, l’édition 2017 des Habits de Lumière laisse la place à la prochaine qui aura lieu du 14 au 16 décembre 2018. Un prétexte pour (re)venir découvrir Epernay, son Avenue et ses maisons, alors que la ville annonce déjà accueillir en 2019 le congrès mondial des sommeliers. Et que se profilent aussi en 2018 l’ouverture de quelques jolis lieux de villégiature oenotouristique à Epernay et dans les environs.

Parcours et arrêts dans les Maisons de Champagne

Chemin faisant, sur l’Avenue de Champagne…

  • Boizel
    Au numéro 46 de l’Avenue de Champagne, la maison Boizel termine ses grands travaux : modernisation de l’espace accueil et dégustation joliment design, extension des salons de réception, et surtout finalisation de la rénovation des cuveries. Chaque détail étant soigné, le lieu mérite(ra) le détour avec son escalier monumental à la new-yorkaise surplombant les cuves inox et surtout ses caves souterraines où se cachent des queues de rats et le trésor de cette maison familiale et fière de l’être.
    46 Avenue de Champagne, Epernay
    www.boizel.com
  • Michel Gonet
    Selon certains, la maison Michel Gonet aurait, des airs de manoir hanté. Pourtant nul fantôme aperçu lors de la dégustation de charcuteries et de parmesan de la région de Parme associés aux champagnes de la maison et de Demière de Fleury-la-Rivière. Jeu de l’acidité et de l’effervescence des Chardonnay et Meunier sur le gras et le fondant du Prosciutto di Parma, de la Coppa et Spalla Cruda et du Culatello di Zibello. Et enjeu d’un partenariat à venir entre deux villes labellisées Unesco et qui veulent promouvoir et allier leurs patrimoines oenogastronomiques.
    37 Avenue de Champagne, Epernay
    www.gonet.com
  • Leclerc-Briant
    Nouvelle venue (depuis 2014) sur l’Avenue, la maison Leclerc-Briant, créée en 1872, ne l’est pas en Champagne. Comme souvent en Champagne, l’histoire d’une maison passe par un mariage, ici la branche Leclerc et la branche Briant, et se révèle parfois tumultueuse. Les vignes, déjà orientées vers le bio, ayant été vendues à Roederer, ce n’est que la marque qu’ont rachetée en 2012 Frédéric Zeimett et un couple d’Américains fortunés et passionnés d’art de vivre à la française. Tant et si bien, que la jolie maison du 25 bis se dotera dès janvier 2018 de quelques jolies suites. Côté vin, Leclerc-Briant se veut iconoclaste et radical, et conduit en biodynamie (une rareté en Champagne !) ses 10 hectares de vignes nouvellement achetées tout en créant quelques cuvées parcellaires et autres soléra. A suivre !
    25 bis Avenue de Champagne, Epernay
    www.leclercbriant.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s